Le mystère des orchidées albinos  16

DSC09964

Cephalanthera damasonium dans sa tenue de tous les jours.

Aux oreilles des non-botanistes, le mot « orchidée » évoque souvent d’exotiques créatures aux mœurs exubérantes, une image relayée par les innombrables Phalaenopsis et autres Cymbidium vendues par les fleuristes. Pourtant, avec plus de 120 espèces, cette famille se rencontre facilement sur le territoire métropolitain. Beaucoup moins commun en revanche, certaines de ces orchidées dévoilent en de rares occasions un aspect étonnant de leur personnalité aux promeneurs chanceux. Une curiosité unique dans le monde végétal que le Saule vous invite à découvrir…

Read more

Sur ma terrasse  0

_IMG6262

Un rougequeue noir

Sur ma terrasse, il y a des rougequeues, des noirs. Pas beaucoup, un de temps en temps qui longe les tuiles et les barres de métal des balcons, aux prises parfois avec le moineau du coin. Parfois une femelle, parfois un mâle, les deux toujours curieux mais toujours inquiets. Sauf quand ils dorment sur le cadre de la fenêtre du voisin, alors on se relaxe tout les deux en regardant les étoiles, emmitouflés dans la torpeur du soir languedocien. Oh, ce ne sont pas grand chose ces rougequeues finalement, s’ils disparaissaient entre deux tuiles le monde de ceux qui les regardent ne seraient pas si différent.

_IMG6247

Un gros goéland (leucophée)

Sur ma terrasse, il y a le gros goéland d’en face. Il est là, il surveille ce qu’il se passe, la tête dans les martinets. Nos regards se croisent souvent quand il fait quelques tours en planant avant de rejoindre son antenne râteau. Il prend des airs, de l’air et lance un appel tout d’un coup pour crier au monde quelque chose, et je suis bien embêté car le plus souvent je ne vois pas bien où il veut en venir. Je crois que son voisin humain du dessous non plus car il lance des regards rageur vers le ciel. Il serait bien content d’être plus tranquille apparemment, il faut croire qu’il a ses dimanches sabordés par des cocoricos de la côte.

Read more

Plantes phœnix  0

DSC05880

Un rideau de flamme poussé par le vent en Sicile.

Depuis le début de la matinée un épais panache de fumée s’élève au loin dans le ciel. La distance me séparant de l’incendie est difficile à estimer, la colline d’en face masque en grande partie la visibilité vers le sud. Quoiqu’il en soit, les va-et-vient incessants des canadairs qui bourdonnent au-dessus de ma tête comme des insectes n’ont rien de rassurant…. Jusqu’à présent, le vent m’est favorable mais il est impossible de prévoir comment la situation va évoluer. Difficile de se concentrer sur ses observations dans de telles circonstances. La garrigue autour de moi ne demande qu’à s’enflammer à la moindre braise incandescente qu’une brise capricieuse ramènerait. Subitement je relève la tête. Il y a quelques minutes encore la fumée semblait lointaine mais à présent le panache semble avoir triplé de volume. Le feu ne doit pas être éloigné de plus de 2 kilomètres maintenant. Il est plus que temps de ramasser mes cliques et mes claques et de déguerpir sans tarder !

Read more

Observations dare-dard  0

Imaginez la scène: dans un pré fleuri, en train de pique-niquer, vous détectez soudain avec effroi un insecte qui vole tout près, teinté de jaune et noir. Une guêpe! Ou un frelon, un bourdon, bref une sorte d’abeille quoi, vous voyez bien, avec un dard, qui peut vous piquer! Si vous êtes un lecteur assidu du Saule Causeur, vous aurez peut-être été convaincu que ces hyménoptères sont beaucoup plus intéressants que dangereux! Mais peu importe, là n’est pas la question aujourd’hui:

Etes-vous bien certains que c’est une guêpe? Ou un bourdon, ou une abeille, enfin un insecte qui pique, vous m’avez compris! Avez-vous déjà entendu parler des syrphes?

IMG_3623

Un corps jaune-roussâtre et noir, un thorax velu, l’abdomen rayé… Pourtant non, ce n’est pas une abeille, mais une mouche (enfin un diptère, en terme technique)! Aucun dard, aucun danger, ni pour vous, ni pour ses prédateurs…

Read more