Un célèbre inconnu

Connaissez-vous cet oiseau ?

IMG_1110

Un peu terne et banal n’est-ce pas? Je suis prêt à parier que vous connaissez son nom et sa réputation, pourtant je suis tout aussi certain que peu d’entre vous l’auront reconnu…

   Il s’agit du rossignol ! Vous avez sûrement entendu parler de son chant, qui a inspiré nombre de contes et de mythes. Et pourtant… Savez-vous à quoi ressemble ce chant ?

   Il est en fait assez facile à reconnaître une fois initié : des tonalités flûtées, des phrases explosives et répétitives… les mots nous manquent souvent pour décrire les chants mais écoutez l’enregistrement ci-dessous, il vous sera sans doute familier (à défaut de l’avoir entendu dans votre haie, il est souvent repris à la télé) :

 

Enregistrement d’Olivier Swift disponible sur www.xeno-canto.org/316471, en licence CC non commercial – share alike

   A noter, le rossignol chante de jour comme de nuit (et par « de nuit » je veux dire bien avant l’aube). Il semblerait que les chanteurs nocturnes soient les mâles qui n’ont pas encore trouvé de partenaires. De fait, les femelles célibataires ont tendance à chercher l’âme sœur plutôt de nuit, se déplaçant assez peu le jour. Les mâles en couple, eux, ne chantent plus que de jour, à l’exception de quelques nuitées autour de la ponte, où ils reprennent leurs élans nocturnes.

   Peu d’oiseaux en tout cas chantent à des heures aussi tardives. C’est le cas du merle noir, et je ne résiste pas à vous faire partager son chant également. On retrouve là encore des tonalités flûtées, mais l’ensemble fait bien plus apaisé, avec de fréquentes et longues pauses entre des phrases assez posées, presque lentes.

 

Enregistrement de Gérard Olivier disponible sur www.xeno-canto.org/315259, en licence CC non commercial – share alike

   A l’exception de la pointe bretonne et de la Normandie, le rossignol peut s’entendre un peu partout au printemps (les chants se raréfient à mesure que la saison avance), pour peu qu’il y ait des buissons et bosquets (au Nord, cherchez le au bord de l’eau, au Sud il est aussi très présent en garrigue arbustive). Chez nos voisins britanniques sa population a fortement décliné, mais il semblerait que la population soit stable chez nous.

   En revanche pour ce qui est de le voir, c’est plus difficile : l’oiseau est assez discret, en mœurs comme en plumage. Mais il arrive tout de même qu’il sorte à découvert, souvent au sol, ou qu’il se laisse apercevoir chanter à travers le feuillage.

IMG_1113

et parfois il danse…

 

No Comments Yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *